Print Shortlink

Christophe BECHU a cosigné l’appel lancé au premier ministre pour que la lutte contre la maltraitance des enfants soit déclarée grande cause nationale 2014

APPEL A MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

POUR QUE LA LUTTE CONTRE LA MALTRAITANCE DES ENFANTS SOIT DÉCLARÉE GRANDE CAUSE NATIONALE 2014

Chaque jour, en France, deux enfants meurent de violences infligées par des adultes. Au-delà du sentiment d’effroi que suscitent ce chiffre et les faits divers isolés, tout à la fois horribles et fascinants, régulièrement rapportés par les médias, la maltraitance des enfants est un problème de société majeur que notre pays doit savoir enfin regarder en face. En effet, des études récentes, menées dans des pays à haut niveau de revenus, comparables à la France, ont montré qu’en moyenne dix pour cent des enfants sont concernés par une maltraitance physique, sexuelle ou psychologique, une négligence, une exposition à des risques majeurs, ou des carences affectives et/ou éducatives. On le sait, l’enfant ne peut grandir, s’épanouir et devenir un adulte heureux, socialisé et responsable que si ses besoins physiques, affectifs et éducatifs sont pleinement satisfaits par les personnes qui s’en occupent, très généralement ses parents. Bafouer de façon intentionnelle, systématique et permanente ces besoins correspond bien à la maltraitance dans son acception la plus large. Au-delà des coups et des agressions sexuelles, qui viennent spontanément à l’esprit quand on parle de maltraitance, il faut en effet aussi reconnaître la gravité des violences verbales, des humiliations répétées et du délaissement affectif dont il est démontré qu’ils peuvent avoir les mêmes redoutables conséquences à long terme sur la santé physique et mentale des enfants victimes (tentatives de suicide ou suicides, addictions, anorexie/boulimie, délinquance, troubles graves de la personnalité et de la communication, désocialisation…). On peut ainsi parler à propos de la maltraitance, qui touche toutes les classes sociales, de véritable problème de santé publique, compte tenu du coût, non chiffré mais sans doute considérable, que font peser sur le système de santé ces possibles conséquences à long terme, parmi lesquelles la terrible transmission trans-générationnelle de la violence. Il est donc temps d’agir avec détermination et avec les moyens nécessaires pour que l’enfant cesse d’être nié en tant que personne digne de respect et ayant des droits propres. Aucune raison ne peut justifier qu’un enfant soit moins bien traité qu’un adulte. Certes, la protection des enfants entraîne nécessairement une intrusion dans la sphère privée et une remise en cause du dogme de la famille naturellement bonne mais la violence envers des êtres faibles qui, de surcroît, n’ont pas la possibilité de se défendre et de faire entendre leur voix est-il un phénomène si dérangeant qu’il doit rester tabou ? Nous pensons au contraire que rien ne serait pire que la résignation et que seule une mobilisation de la société tout entière, et donc d’abord des pouvoirs publics, peut réussir à faire reculer cette violence qui ne peut que heurter la conscience humaine.

C’est pour ces raisons que nous vous demandons, Monsieur le Premier Ministre, de faire de la lutte contre la maltraitance des enfants la Grande Cause Nationale 2014.